Projets

Travaux de dragage

Anvers - Dragage avant nouveau mur de quai

Un nouveau mur de quai a été construit au quai du canal B2 à Anvers sur ordre de l'Autorité portuaire d'Anvers. Le mur de quai de plus de 800 mètres de long est l'un des plus lourds de Belgique et offre un mouillage de 17 mètres de profondeur. Le nouveau mur de quai permet désormais aux navires plus grands et plus profonds de s'amarrer.

Ghent Dredging a dragué la zone entre l'ancien et le nouveau mur de quai, ainsi que la zone devant l'ancien mur de quai, à une profondeur de -12,5 m TAW. Aertssen, notre cotraitant au sein du groupement, a pris en charge les travaux de terrassement à sec entre l'ancien et le nouveau mur de quai. Cela représentait un volume à draguer de plus de 1,4 millions de mètres cubes. Dans le même temps, l'ancien mur de quai a également été démoli par phases successives.

Les travaux ont dû être achevés dans un temps record de 30 semaines et cela a également été réalisé avec succès. Ghent Dredging a utilisé à cet effet sa drague suceuse désagrégatrice «Ouistreham» et ses deux plus grands pontons de dragage GDVI et GDVII. Sur le chantier, 20 barges étaient à l'œuvre pour transporter l'ensemble des terres draguées vers les différentes destinations.

Blankenberge - Entrée du port

Dans le passé l'entrée du Port de Blankenberge a été draguée differentes fois par notre CSD Ouistreham.

Bruges - Canal Gand-Ostende

1.077.000m³ de sédiments ont été dragués sur le canal Gand-Ostende. Une partie faisant l'objet d'un dragage d'entretien, l'autre évacuée dans le cadre de la suppression d'un méandre.

Ce méandre supprimé, la nouvelle portion de canal a fait l'objet de défences de berges et d'enrochements.

Entre Aalter et Beernem, des munitions (grenade, missile air-sol, sol-sol et bombes chimimiques), ont été mises à jour lors des travaux de dragage. L'atelier de dragage fut alors muni d'un crible afin de séparer ces dernières des sédiments curés.



Caen Ouistreham - Canal de Caen

Afin de diminuer le temps de navigation des plus gros navires de commerce desservant le port de Caen-Ouistreham, qui étaient jusqu'alors obligés de se rendre jusqu'au bassin d'Hérouville pour manœuvrer un demi-tour, les Ports Normands Associés (PNA) ont confié à Ghent Dredging les travaux d'extension de la zone d'évitage située 500m en amont du Terminal de Blainville.

Notre drague à disque désagrégateur, mise en service sur ce chantier et baptisée pour l'occasion « Ouistreham », a ainsi dragué 200.000m³ de sédiments, refoulés à terre vers 2 dépôts de sable sur une distance de 2.200m.

Deûle - Recalibrage pour le gabarit 3.000 tonnes (bief Deûlémont-Lille)

Après avoir réaménagé les berges de la Deûle en prévision du passage du canal au grand gabarit, Ghent Dredging a commencé  la seconde phase des travaux, qui consistaient à approfondir et élargir le rectangle de navigation pour rendre le canal navigable aux navires de 3.000 tonnes.

Dans un premier temps, seul le bief de Comines a été dragué. Il s'étend de la frontière belge de Warneton jusqu'à l'écluse de Quesnoy-sur-Deûle. Les boues de dragage ont été stockées sur le terrain de dépôt de Quesnoy-sur-Deûle. Une fois ce dernier rempli à 100% de sa capacité, Ghent Dredging a aménagé sa couverture finale à l'aide de terres argileuses; et a poursuivi le dragage en transportant les sédiments sur le terrain de dépôt de Saint-Omer.


Hamme - Dragage d'entretien de la Durme

Ghent Dredging a commencé les travaux de dragage d'entretien sur la Durme pour "Waterwegen en Zeekanaal". L'objectif était double:

a. élargir le gabarit de la rivière en vue de rétablir la capacité d'écoulement de la Durme

b. réaliser 3 stocks de sable de 400.000m³, destinés aux digues des zones d'inondation prévues le long de la Durme.

Les travaux sont exécutés avec notre CSD Ouistreham et le sable est pompé dans des conduites flottantes et terrestres vers les stocks de sable dénommés "Bunt", "Klein Broek" et "Groot Broek".

Après l'aménagement préalable des stocks, les travaux de dragage ont commencé à hauteur de l'embouchure de la Durme dans l'Escaut. La fin des travaux se situe en amont du pont historique Mira à Waasmunster.

Par une intervention active pendant le process de pompage, les particules fines (63µm) étaient rincées et capturées dans le bassin de décantation. Seul le sable plus grenu était retenu pour construire les futures digues.

La fraction des boues est séchée par lagunage actif et mis en dépôt ultérieurement à l'extérieur du chantier.

Hazebrouck - Curage du Canal d'Hazebrouck

Ghent Dredging a executé le dragage d'entretien du canal d'Hazebrouck. Après une longue phase de dialogue compétitif, la proposition technique et financière de Ghent Dredging a été retenue comme la plus performante par l' USAN (Union des Syndicats des Assainissements du Nord).

Au total, 18.000m³ de boues fortement polluées ont été draguées et transportées vers notre centre de traitement et de lagunage Rodenhuizedok à Gand, en Belgique. Le dragage même a été fait avec une pelle Menzimuck dont les pieds articulés permettent de se mouvoir au-dessus de l'eau jusqu'à 1,20 m de tirant d'eau, et les matériaux de dragage ont été transportés le long du canal à l'aide de 4 petits remorqueurs poussant des barges de 40m³. Ensuite les boues étaient chargées dans des camions étanches à l'aide d'une grue hydraulique avec grappin. Afin de ne pas bloquer la circulation aux riverains qui empruntent quotidiennement le chemin bordant le canal, la grue était positionnée sur un pont provisoire enjambant le canal.

Après le dragage, 250m de tunage ont été réalisés derrière les maisons dans le centre de La-Motte-au-Bois. En fin de travaux, le chemin de halage a été remis en état avec une nouvelle couche d'enrobé.

Après l'achèvement du dragage le client a continué à travailler à la reconstruction complète des berges du canal avec un programme de renaturation (hors lot).



Ypres - Canal Ypres-Yser

Le canal de Ypres à l'Yser n'avait plus été curé depuis un certain temps. APrès longtemps des budgets ont été débloqués pour draguer un passage dans le canal. Ghent Dredging effectue la moitié du travail, du côté d'Ypres.

Ce projet est un excellent exemple de la complémentarité qu'il peut exister entre la section dragage et la section environnement de l'entreprise pour la réalisation de vos projets.

Le dragage est effectué à l'aide d'une pelle de 14 tonnes sur un ponton muni de pieux hydrauliques d'ancrage.

Les barges chargées sont amenées par remorqueurs vers le ponton de déchargement ou une pelle hydraulique est montée d'une pompe DOP1815. Après délayage des boues avec de l'eau circulant à circuit fermé, les boues curées sont refoulées vers le champs de séchage.

Sur le champs de séchage, après l'adjonction de polymères, les boues sont refoulées dans des contenants en géotextile. Ces géoconteneurs permettent à l'eau de s'évacuer au travers des mailles et après quelques jours, les boues sèches peuvent être évacuées.

Les terres ainsi récupérées sont envoyées vers des centres de traitement agréés.

Sécher en géoconteneurs (avi 6718KB)

Rotterdam - Port

Ghent Dredging a effectué des travaux de remblaiement d'une aire de retournement dans le port de Rotterdam.  Après la destruction des défenses de berges et le nettoyage du sol avec élimination de 110.000m³ de boues polluées, Ghent Dredging a refoulé dans un premier temps 300.000m³ de sable.  Le sable a été refoulé par couche de 50cm à l'aide d'une suceuse.  Après la mise en place de 50.000 drains verticaux, c'est encore 350.000m³ de sable grossier marin qui ont été refoulé à l'aide de hoppers.  Les travaux consistaient également en la construction d'un puit de construction réalisé à l'aide de plaplanche type AZ13 et AZ26 de 22m de long.

Finalement, le nouveau parc industriel s'est dotté de nouvelles défenses de berges


Roubaix - Canal de Roubaix

Dans le cadre du projet européen "Blue Links" visant à remettre en navigation les canaux de la liaison Deûle-Escaut, Ghent Dredging s'est vu confier les travaux de dragage du canal de Roubaix entre la frontière belgo-française (vers l'Escaut) et la Deûle, soit 80.000m³ de sédiments sur le bief de partage (9 écluses) et 80.000m³ de sédiments sur la rivière de la Marque canalisée à draguer.

Les travaux comprenaient entre autres:

  • Construction de champs de lagunage d'une superficie de 4,5ha répartis en 3 bassins sur l'ancien terril du Sartel à Wattrelos,
  • Confinement par matelas bentonitique et mise en place d'un champ drainant,
  • Création d'un bassin de décantation d'environ 1.200m² destiné à récolter les eaux de percolation et de ressuyage des champs de lagunage.
  • Analyse et rejet au canal dans la limite des règles environnementales françaises.
  • Aménagement de deux quais de déchargement pour le transport par camion via le réseau routier de la métropole Lilloise.

Les travaux de dragage ont été menés à l'aide de deux pontons flottants ancrés et de barges au gabarit campinois (55m x 7,20m x 2,50m pour un tonnage de 400 à 650 tonnes), pour des cadences de curage comprises entre 450 et 1000m³ par jour, selon les distances à parcourir sur le canal.

Un terrain de dépôt d'une capacité d'accueil de 20.000m³ a dû être aménagé, afin d'accueillir les sédiments inaptes à une dépollution par lagunage actif. Situé à Wasquehal contre l'autoroute A22-E17, il a nécessité le terrassement d'un confinement de 40.000m² avec mise en place d'une membrane MRC étanche et anti-contaminant, avec mise en place d'un drainage externe du talus autoroutier avec rejet des eaux au Canal.

Au total, 130.000m³ de sédiments ont été traités biologiquement dans le bassin de lagunage, avec des teneurs finales en eau inférieures à 30%.


Rouen - Dragage du Port

Le Port de Rouen a confié au groupement "Ghent Dredging - Dutch Dredging" les travaux d'agrandissement et d'approfondissement du bassin d'évitage de Hautot-sur-Seine (environ 10km en aval de Rouen). Les travaux font partie du programme du Port d'approfondir d'un mètre la Seine entre Le Havre et Rouen pour la rendre accessible aux plus grands navires.

Le contrat comprend entre autre le dragage de 800.000m³ de sable, de limon, de gravier et de calcaire. Les déblais de dragage sont transportés avec pousseurs et barges sur une distance de 30 kilomètres vers Yville-sur-Seine, où la suceuse-refouleuse pompe le matériau sur une distance d'environ un kilomètre dans les différents dépôts.

Les principales caractéristiques du projet sont:

  • 400 000m³ de dragage d'approfondissement à une profondeur de 9 mètres avec ponton de dragage 'GD VI'
  • 300.000m³ dragage d'approfondissement à une profondeur de 15 mètres avec le cutter 'Ouistreham'
  • 100.000m³ de travaux de dragage d'entretien au niveau du bassin d'évitage existant au moyen d'une drague aspiratrice (DAM)
  • Pompage des quantités reprises ci-dessus sur l'ancienne Ballastière d'Yville-sur-Seine et gestion du rejet en Seine des eaux de pompage
  • D'autres tâches telles que la suppression de 550 mètres de palplanches en acier et le concassage et déchargement d'un caisson (50m x 12m x 2m) en béton armé enfoui dans les berges sont également incluses

St-Omer - Canal Neufossé

Dans le cadre d'un dragage d'entretien, 110.000 m³ de sédiments ont été retirés pour les Voies Navigables de France sur le canal de Neufossé à Saint-Omer. La même zone a été reprise des années plus tard, cette fois-ci pour 150.000 m³.

Le dragage a chaque fois été effectué à l'aide d'une pelle sur ponton pousseur, 3 barges et une suceuse-refouleuse.  Le terrain de dépôt de 10ha a été réaménagé avec respect pour les zones protégées existantes: terrassement, pose du PEHD, pose des éclusettes, ...

Les sédiments ont été transportés via barges et refoulés par une suceuse avec l'eau de retour du terrain de dépôt.  De cette manière il n'y avait pas de vidange d'eau vers le canal.

Espierres - Canal de l'Espierre

En présence de nombreuses personnalités belges et françaises, les premiers bateaux de plaisance ont pu emprunter à nouveau la connexion historique entre l'Escaut et la Deûle, après 30 ans de fermeture à la navigation.

Ghent Dredging est fier d'avoir participé activement à ces travaux, en draguant côté français le canal de Roubaix et la Marque pour le compte des Voies Navigables de France (partie Amont du Canal de l'Espierre), puis côté belge en draguant le Canal de l'Espierre depuis l'embouchure de l'Escaut pour le compte du Service Public de Wallonie (département des Voies Hydrauliques).

Sur un tronçon de 8 kilomètres de long, 44.200m³ de boues y ont été draguées, puis acheminées par petites barges sur l'Escaut, où elles ont été transbordées dans des barges plus grandes afin d'être amenées 25km en amont dans les installations de lagunage de SPW situées à Laplaigne.

Terrassements

Bruay sur l'Escaut

Dans le cadre du recalibrage de l'Escaut - section Trith-Mortagne, Ghent Dredging a effectué pour les Voies Navigables de France le réaménagement de 500m de berge. L'aménagement ecologique consistait en un déblais-remblais de 6.500m³ environ afin de créer un linéaire le plus long possible et la création de trois lagunes favorisant la colonisation de la faune et de la flore en milieu semi-aquatique.

Les travaux comprenant par exemple la remise en eau peu profonde des souches provenant de l'abattage de certains arbres. Une prairie rustique et un engazonnement ont complété les travaux.

Malines - Zennegat

Dans le cadre du plan Sigma, la direction des voies hydrauliques installe en Flandres une chaîne de zones inondables le long des fleuves à marée, en vue de réduire les inondations dans les zones résidentielles. Les travaux à la "Zennegat" à Battel entrent dans ce plan.

Ici, une zone inondable avec marée réduite de 65ha a été créée.  La Dyle obtient plus d'espace de débordement, qui peut limiter des inondations dans la région immédiate et plus loin. Dans le même temps, des slikkes et des schorres rares, dans le temps si caractéristique dans cette terre de rivière, peuvent de nouveau se développer. Tout cela tourne autour de l'estuaire Dyle, où la Dyle, la Senne et la Nete se confondent dans le Rupel.

Dorénavant, une quantité limitée de l'eau de la Dyle coulera à chaque marée par l'écluse dans le Zennegat. À marée basse l'eau coule de nouveau vers la rivière. Cette imitation des marées crée progressivement des ravins, des ruisseaux, des marais salés : un habitat idéal pour les plantes et animaux rares. En outre les poissons peuvent nager simplement à travers l'écluse.

Dans des conditions climatiques extrêmes, la zone inonde d'une façon contrôlée. Quand l'eau est trop élevée dans la Dyle, elle peut déborder et couler dans le Zennegat. La digue de débordement est la digue de la Dyle existante, qui a été coupée et renforcée pour que l'eau puisse couler par dessus. Parce que le Zennegat prend à ce moment-là une grande quantité d'eau, les zones environnantes bâties ne sont pas exposées aux inondations.

Vraisemblablement le Zennegat fonctionnera quelques fois par an. Après une inondation l'écluse laisse couler l'eau progressivement jusqu'à la Dyle.

Pour la construction de la zone inondable, la digue de la Dyle existante devait être terrassée en deux étapes, après quoi les talus ont été effectués sur 20/4. Par la suite, un géotextile et de l'asphalte ouverte ont été appliqués, suit à quoi tout était couvert avec des terres végétales et ensemencé.

Pour renforcer la digue intérieure dans la zone (la digue du canal Louvain-Dyle) les terres de l'excavation de la digue de la Dyle ont été utilisées. Après l'application d'une couche de terre grasse, du géotextile et des enrochements sont utilisés comme protection de talus. La digue du canal a également été recouverte de terre végétale et ensemencée, et une nouvelle couche d'enrobé a été mise en place.

Avant que le chemin de halage existant puisse être renouvelé, un nouveau système d'égout a été mis en place et les fossés nécessaires ont été terrassés. Une construction d'évacuation d'eaux préfabriquée est également montée dans le canal.

Sequedin - Deûle

Des travaux d'élargissement sur la Deûle canalisée sur environ 400m linéaires ont été réalisés par Ghent Dredging. Cette élargissement a été effectué en amont du port de Lille, là où anciennement se trouvait une centrale électrique aujourd'hui disparue. Les travaux d'élargissement comprenait l'arrachage de palplanches, la mise en place de défenses de berges en enrochement et la mise en eau d'un nouveau rideau de palplanches, préalablement battu et destiné à être utilisé comme quai pour le CVO (centre de valorisation organique) de Sequedin, un fleuron dans l'utilisation de bio-carburants pour les transports publiques de la Métropole Lilloise.

Le principal problème fut l'évacuation des anciennes fondations de la centrale, toujours présentes dans le terrain. 2 piles d'un ancien pont ont également été arasées ou entierement détruite. Les quantités de démolition de béton tourne autour de 5.000m³.

Après évacuation du béton, le terrain a été excavée de manière sèche (ancien rideau de palplanche toujours en place) et les défenses de berges en enrochements réalisées.

Après avoir effectué les principaux terrassements de manière sèche, l'ancien rideau-quai fut peu a peu démoli depuis un ponton ancré flottant.

Les déblais restant ont alors été dragués et évacués par barge pour un total de 70.000m³.

Les terres franches sèches ont été évacuées vers l'ancien terrain de dépôt d'Emmerin, quelques kilomètres plus loin pour la réalisation de digues nouvelles, le complément de terres de constitution provenant du site de Emmerin même.

Les terres excavées en eau à Sequedin ont été ensuite déchargées sur le nouveau terrain de dépôt constitué. 

Zele - Scheldebroek

Les digues entourants la zone innondable contrôlée du "Scheldebroek" à Zele ont été réhaussées et renforcées jusqu'au profil "sigma". Dans le cadre de ce projet, des travaux d'adaptation ont dû être réalisés concernant l'infrastructure routière, les plantations de talus, la construction d'étangs écologiques et la réalisation de nouveaux accès vers la zone.

Le sable nécessaire aux travaux a été dragué à l'aide de notre pelle excavatrice de 85 tonnes à Saint-Amand. Après le transport du sable par barges, le sable a été pompé par notre suceuse et refoulé à l'endroit des digues (80.000m³)


Génie Hydraulique

Anvers - Graandok

Aux commandes du port d'Anvers, le Graandok a été fermé par une paroi combinée (Combiwall) et les terrains sous-jacent ont été refoulés avec du sable. Le but du projet était la création de nouveau terrains de stockage pour le port à l'endroit d'un vieux bassin. Ghent Dredging faisait en sous-traitance pour Besix nv la partie dragage et refoulement.

En première instance, le projet consistait à nettoyer le fond de sol existant avec évacuation des boues polluées vers notre centre de Rodenhuize et évacuation des boues propres vers les dépôts sous-marins du bassin Churchill.

Ensuite on a exécuté une amélioration du sol avec du sable sur l'endroit de la future paroi combinée, avec une profondeur de dragage jusqu'au 18 mètres.

Une fois la paroi réalisée, le terrain a été refoulé hydrauliquement sous eau, en fines couches avec du bon sable.

Les tombereaux amenaient le sable du stock local et le déchargeaient via un pont temporaire dans une barge. Notre suceuse-refouleuse a pompé le mélange sable-eaux vers le ponton d'arrosage à une distance de 400 mètres. Ce ponton était équipé d'un système de positionnement RTK pour mettre le sable en place en couches de 30cm.  Au total nous avons refoulé 160.000m³ de sable.

Après le refoulement le sable a encore été compacté à l'aide une aiguille vibrante à 14 mètres de profondeur pour arriver aux exigences de compactage exigées.

Calais - Travaux de réhabilitation du Perré Risban

Dans le cadre des travaux de réhabilitation du perré Risban formant le chenal d'accès à l'avant-port Ouest du port de Calais, Ghent Dredging s'est vu confier les travaux de défense de berges, et son partenaire Spie Batignolles les travaux de Génie civil.

Long de 460m, le perré existant se compose d'un rideau de palplanches ancré, soutenant un noyau sablo-marneux protégé en tête par une dalle en béton armé. Le perré dans sa forme actuelle date des années 70-80. Le rideau de palplanches est aujourd'hui fortement corrodé, entrainant de nombreux désordres (fissurations dans la dalle, fuite de fines).

La solution retenue consiste à battre un nouveau rideau mixte de palplanches et de profils en H autostables devant le rideau existant, et à combler l'espace entre palplanches afin de créer un épaulement. De la sorte, l'ancien rideau ne joue plus de rôle dans le soutènement de la digue.

L'ensemble est protégé des effets de la houle par une carapace en enrochements 1/3T.

Nos travaux ont consisté en:

  • Le dragage d'une souille en pied de rideau existant en vue du battage du nouveau rideau mixte
  • Le comblement entre rideaux d'un noyau sableux
  • La démolition de l'ancienne dalle béton et le terrassement du remblai
  • La pose sur perré et entre rideaux d'un géotextile associé à un filtre granulaire
  • La mise en place d'une sous-couche en enrochements 60/300kg
  • La pose d'enrochements 1/3T en double couche

 Pour ce faire, deux ateliers ont été déployés:

  • Un atelier maritime: une pelle de 85 Tonnes sur ponton et de deux barges avec pousseur

  • Un atelier terrestre: deux pelles de 45 Tonnes et de deux tracto-bennes évoluant en tête de talus.

Au final, près de 16.000 m³ d'enrochements ont été mis en œuvre, pour 8.000m² de géotextile, et 10.000m³ de remblais.

Calais - Port des ferries, Poste 8

La "jumboïsation" du trafic transmanche au départ du Port de Calais entraîne l'arrivée de superferries de nouvelle génération, nécessitant la réalisation de travaux d'aménagement au droit des quais.

En effet, les enrochements de protection des fonds situés en extrémité de poste nécessitent d'être renforcé, afin de résister au laminage provoqué par les puissantes hélices lors des manœuvres d'accostage.

C'est ainsi que Ghent Dredging s'est vu confier les travaux de dragage et de protection des fonds du poste n°8 à l'automne 2010, pour une mise en service programmée début 2011.

Les travaux ont consisté à :

• déposer les anciens enrochements et à les claper le long de la plage « Hoverport » par marée haute, en vue de leur stockage et de leur réutilisation ultérieure pour les besoins du port

• draguer les sédiments pour approfondir le toit du fond (profondeur maxi: 18m, pour 7m de marnage)

• mettre en place une nouvelle carapace d'enrochements

Celle-ci a pu être optimisée avec l'emploi de roches présentant une masse volumique particulièrement élevée: 3,15 T/m³. A masse équivalente, son épaisseur a pu être réduite, pour la même efficacité. Nous avons trouvé une roche présentant ces caractéristiques en Vendée. 14.000 tonnes de moellons ont ainsi transité depuis le port des Sables d'Olonne.

Deûle - Défenses des berges de Deûlémont à Lille

De la frontière franco-belge à Deûlémont jusqu'à Lille, les défenses de berges de la Deûle ont été reconstruites et renforcées.

Le Groupement Ghent Dredging - Soetaert s'est vu confier par les Voies Navigables de France le réaménagement des berges sur les deux rives avec palplanches, gabions et enrochements sur un trajet de 20 kilomètres. Le projet s'inscrit dans le cadre de l'approfondissement et l'élargissement de la Deûle au gabarit de 3.000 tonnes, dont les travaux de dragage étaient également confiés à la Société Ghent Dredging. La revalorisation de la Deûle dans le Nord de la France vers une voie navigable de classe V fait partie du projet Seine-Escaut, dont l'ultime étape sera le nouveau canal entre Cambrai et Compiègne.

Pour l'aménagement des nouvelles berges, un débroussaillage et dessouchage a été réalisé, en veillant à préserver les espèces protégées (faune et flore). Après la mise en place des palplanches (arrêtées 1 mètre sous eau) et reprofilage des berges, une carapace en enrochements 20/80kg a été mise en oeuvre jusque 1 mètre hors eau. La finalisation des talus en bordure du chemin de halage s'est faite en terre végétale et engazonnement.

Dans le bief aval (Deûlémont -Quesnoy sur Deûle) des munitions non explosées datant de la Première Guerre mondiale ont été découvertes. Une campagne de détection magnétométrique menée le long des berges a permis d'isoler les zones à risques, puis les travaux ont été repris en configurant le matériel vis-à-vis des risques d'explosion (blindage de cabine, système de dépressurisation, protection des ouvriers).

La partie amont (Région Lilloise) se situe en zone urbaine. Cela a posé des problèmes particuliers pour la réalisation des berges en raison de la présence de nombreuses canalisations souterraines, de ponts et d'une façon générale, du manque de place. Ceci a conduit à quelques sujétions techniques, notamment à l'utilisation de techniques spéciales, comme le Soilmix (hydro-fraise) afin de réaliser une paroi sous eau de 500 mètres de long.

Certaines zones ont été finalisées avec des gabions . Les gabions existants en mauvais état ont été enlevés et remplacés par une fondation de matelas de gabions surmontée d'un mur rectangulaire composé de gabions de 1x1 mètres.

Au total, les quantités suivantes pour ce projet sont:

Palplanches: 81.500 m²
Enrochements: 50.000 tonnes
Gabions : 800 pièces

Gand - Blaarmeersen

La zone de plage des "Blaarmeersen" sur la zone récréative nautique de Gand a été complètement réaménagée.

Après les travaux préparatoires (destructions des fondations existantes et l'élimination des plantations présentes), Ghent Dredging a effectué des travaux de renforcement et d'évacuation des eaux. Nous avons égalament installé un nouveau bloc-sanitaire, une passerelle piétonne et une plaine de jeux. Tout cela pour le plus grand plaisir des Gantois!



Gand - De Reep / Quai du Diocèse

Après presque 60 ans, la confluence comblée entre la Lys et le Bas-Escaut à Portus Ganda (Gand) a été rouverte. Les places de stationnement et les installations existantes ont été supprimées. Les anciens murs de quai, qui étaient encore cachés sous les trottoirs, ont été dégagés et nettoyés, et leur stabilité a été testée. Il a été décidé de les rénover tout ou partie, ou de les remplacer le cas échéant.

Du côté de Reep, un tout nouveau mur de quai a été construit au moyen d’un mur sécant derrière un mur en maçonnerie. Le mur de quai existant sur le côté du Quai du Diocèse a été dégagé et renforcé au moyen de micropieux et de pieux HDI. Au-dessus, un nouveau mur de quai a été coulé en béton et maçonné à l’avant.

Entre-temps, les égouts et la voirie du Reep, de la Place du Diocèse ainsi que du Quai du Diocèse ont été entièrement rénovés et aménagés avec des pavés.

Du côté du Quai de Diocèse, un quai surbaissé a été créé en pierres bleues de Belgique afin de se détendre dans une ambiance chaleureuse.

La phase finale des travaux a consisté à poursuivre l'excavation du cours inférieur de l’Escaut comblé. La résurgence de la Lys et de l’Escaut, après tant d’années de fermeture, a été largement couverte par les médias locaux et nationaux et a fait l'objet de nombreuses festivités.

Les années d'expérience de nos employés qualifiés étaient nécessaires pour mener à bien les nombreux travaux techniques. Le projet était une combinaison difficile de diverses disciplines (construction de routes, travaux de terrassement, travaux hydrauliques et dragage) et a fait de la zone du Quai du Diocèse-Reep l'un des endroits les plus agréables de Gand.



Gand - Gravensteen

A Gand la digue autour du fort de la Gravensteen a été enlevée. Ce barrage a été construit pour permettre la restauration des murs extérieurs.

Maintenant, tout a été terrassé jusqu'au profil d'origine. La zone du parc à côté de la rue a été aménagée avec de la terre végétale et ensemencée.

Le Gravensteen est à nouveau un véritable château d'eau après de nombreuses années.


Gand - Moervaart

Le groupement Besix-Ghent Dredging s'est vu confier les travaux de protection de sol sur le Canal du Moervaart à Gand, pour le compte des Voies Navigables, division "Accès Maritime" et "Port de Gand".

Les travaux consistaient à réparer les affouillements provoqués par la navigation le long des quais, source de désordre pour leur stabilité. Dans sa partie Aval côté Nord, nous avons réalisé deux types de protection sur 900m de long :

Type 1 : enrochements

Sur une surface de 450m de long et 24m de large, une protection de sol temporaire par enrochements a été posée sur une profondeur variable. Les surprofondeurs ont été remplies de scories de haut-fourneaux 32/90mm, puis une couche d'enrochements 10/300kg a été posée et partiellement injectée de béton colloïdale.

Type 2 : matelas bitumineux

Sur les 450 derniers mètres, un matelas en asphalte a été posé. Après avoir dragué jusqu'au sol dur, les surprofondeurs ont été comblées par des scories de Haut-fourneau, puis des matelas d'asphalte ont été posés le long des quais sur 20m de large, les 10m restant côté canal étant réalisés en enrochements. La liaison avec le quai a été réalisée en béton colloïdale.

Le chenal a ensuite été dragué pour retrouver son gabarit de navigation, et les boues et sables ont été transportés et traités vers notre centre de lagunage de Rodenhuize.

L'intérêt de ce type de protection en matelas bitumineux est de nécessiter moitié moins d'épaisseur qu'avec des enrochements. Le matelas bitumineux se compose de dallots armés de 10m x 5m x 30cm d'épaisseur, assemblés entre eux à l'aide d'un mortier hydro. Pour ce faire, nous avons dû créer sur place un banc de préfabrication de 120m sur 18m, soit 20 coffrages, empiétant partiellement sur la chaussée existante.

Une fois coulés, les matelas bitumineux sont très délicats à manœuvrer malgré le ferraillage, du fait de leur faible rigidité. Contrairement à des éléments préfabriqués en béton armés, les éléments en asphalte nécessitent beaucoup plus de crochets de manutention, afin de limiter les moments de flexion (environ 1 crochet tous les mètres dans les 2 directions, soit 50 points de levage pour une dalle de 10m x 5m). C'est pourquoi nous avons confié à notre partenaire spécialisé en travaux subaquatiques Deco s.a., la conception et la fabrication d'un cadre de levage à commandes hydrauliques, indispensable pour minimiser les temps de manœuvres et commander le verrouillage ou la libération simultanée des 50 crochets de levage. Le cadre était manutentionné par une grue à câbles de 160 tonnes, et équipé de capteurs RTK de positionnement afin de garantir un positionnement très précis des éléments dans le fond, tel un puzzle géant. Des scaphandriers assistaient la pose.

Au total, nous avons dragué 21.300m³, comblé 10.875m³ de scories, posé 10.560m² de matelas en asphalte et 17.670 tonnes d'enrochement.

Gand Muide - Conduite sous-eau

À la Muide à Gand, Ghent Dredging s'est vu confier par Visser & Smit Hanab, sous mandat Eandis, les travaux d'installation d'une double conduite sous-eau pour la distribution de gaz naturel (2 conduites en acier de 500mm de diamètre). La mission consistait à construire un blindage en palplanches sur les deux berges pour réaliser les puits d'accès, draguer la tranchée, aider à la mise en place des conduites et rénover les murs du quai du Houtdok sur une longueur limitée, après la couverture de la tranchée et des puits d'accès.



Grammont - Gavers

Ghent Dredging a réalisé 6.120 m² de plage et une plaine de jeu au domaine provincial de Gavers à Grammont. Afin de créer un puit de construction sec, une digue a été construite dans l'étang, ce puit de construction est à présent un zone de natation protégée.

Ghent Dredging a également battu des pieux pour y fixer des pontons et fourni et installé une plaine de jeu récréative.

Hamme - Lippenbroek

Hamme Lippenbroek est la première zone à marées réduites contrôlée au monde.  Ce système a été développé par la communauté flamande en réponse au contraintes et défis actuels autour de l'Escaut.  La zone fait 10 hectares et est connectée à un bassin marin calme de l'Escaut.  L'agence pour la nature et la forêt y a favorisé le développement de biotopes précieux.  

A l'aide d'une digue fermée, le terrain est transformé en zone de débordement.  En cas de crue de l'Escaut les vagues passent au dessu de la digue et innonde la zone.  Quand le niveau du fleuve redescent, le niveau de l'eau dans la zone suit également cette baisse de niveau.  Ce système permet de contrôler le niveau de l'Escaut en cas de tempête.

La zone est équipée d'une vanne qui permet justement de réduire l'effet des marées et de favoriser ainsi la création d'une zone riche naturelle et de schores par exemple.

Ghent Dredging, dans le cadre de ce projet, a construit la digue et l'ecluse (vanne).  L'écluse est construite sur des fondations en palplanches.  Cela a mobilisé environ 165.000m³ de terrassement.

Harelbeke - Gavers

A Harelbeke, le domaine provincial du Gavers a été soigneusement rénové y compris la création d'un pavillon de bain, la reconstruction d'un site des plongeurs, le réarrangement des méandres du Gaverbeek, un nouveau bâtiment d'accueil et un nouveau bâtiment de sport.

Ghent Dredging travaillé ici en plusieurs phases. Notre travail a consisté en:

  • La construction des appontements fixes en bois
  • la construction des appontements flottants ancré avec des poteaux
  • la construction de la terrasse en bois d'azobé le long du nouveau bâtiment de sport
  • la construction des routes en béton, patio en béton à la cafétéria, des sentiers pédestres, terrains de pétanque et un terrain beach-volley
  • la construction d'une cale de halage, partiellement submergée et d'une nouvelle route enrobée vers la cale
  • la construction du circuit d'assainissement autour du bâtiment de sport
  • la pose des nouvelles conduites (eau, gaz, électricité, téléphone, données, fibres optiques,...) pour environ 800 mètres
  • la construction d'un sentier pavé
  • le terrassement qui comprend le remplissage d'une zone de l'étang du Gavers
  • la pose des matelas de gazon et la plantation

Quelques années avant, Ghent Dredging a déjà construit une zone de baignade protégée, délimitée avec des palplanches et avec un plancher de béton. Sur ce rideau a été construit une construction métallique servant de support de la passerelle en bois autour de la zone de baignade.

Knokke-Heist - Réaménagement Îles d'oiseaux du Zwin

Depuis la seconde moitié des années 90 le Zwin lutte contre un envasement important, provoquant un approvisionnement insuffisant d'eau de mer dans le domaine. De fait, les îles ont perdu une grande partie de leur force d'attraction pour les oiseaux. La population d'oiseaux sur et autour des îles a baissé constamment ces dernières années.

Dans le cadre d'un projet européen de l'environnement ZTAR et pour le compte de l'Agence Environnement et Forets du gouvernement flamand, Ghent Dredging a créé un certain nombre de nouvelles îles, destinées à offrir de nouvelles opportunités aux oiseaux comme la mouette rieuse, la sterne pierregarin et l'avocette.

A côté, un nouveau pont avec barrage a été construit pour assurer un niveau suffisant d'eau de mer autour des îles d'oiseaux, tout en permettant l'accès aux randonneurs et amateurs de la Nature. Pour que l'eau de mer n'échappe pas à chaque marée basse, quelques fossés ont été comblés et d'autres ont été creusés, afin que l'économie hydraulique du domaine puisse être maîtrisée.

A côté de la restauration des îles (en dehors de notre marché), dans le coin nord-est du Zwin, près de l'embouchure de la Zwingeul, huit hectares ont été terrassés en enlevant la couche arable riche en nutriments. Ces travaux ont été réalisés dans le but de restaurer la richesse des plantes d'origine. Par cet enlèvement des mottes, la zone est "rajeunie" et la slikke peut évoluer vers un schorre, riche en espèces dont le salicorne et le fameux "Zwinneblomme".

Lixhe - Barrage sur la Meuse

La Direction des Voies Hydrauliques de Liège a confié à Ghent Dredging les travaux de confortement de l'arrière-radier du barrage de Lixhe, situé sur la Meuse mitoyenne près de Liège.

Les fondations du barrage menacent de se déchausser, en raison de la fuite des enrochements protégeant le fond et servant de butée à l'ouvrage.

Un levé bathymétrique montre une perte de l'ordre de 30.000m³, soit l'équivalent de 8 bassins de piscine olympique... (zone bleue ci-contre)

Le cahier des charges n'est pas simple, car:

  • L'ouvrage se situe en zone protégée Natura 2000
  • Le barrage ne peut être mis en chômage
  • L'accès depuis l'aval de la Meuse mitoyenne n'est plus navigable faute de tirant d'eau suffisant
  • Il est demandé de privilégier un approvisionnement des enrochements par la voie d'eau

Fort de son savoir-faire issu de 40 ans de chantiers fluviaux et portuaires, Ghent Dredging a su relever le défi:

D'une part en privilégiant du matériel navigant adapté, et dont les ballasts ont été soulagés au maximum afin de présenter un tirant d'eau inférieur au mètre, pour pouvoir remonter la Meuse mitoyenne depuis la frontière hollandaise sur près de 7km.

D'autre part en mobilisant des carrières de calcaire locales, pour acheminer les 55.000 tonnes d'enrochements nécessaires par voie fluviale jusqu'à l'amont du barrage. De là, des dumpers se sont chargés de les transporter de L'autre côté du barrage, où ils étaient rechargés dans un bac fendable.

Tout en respectant la faune et la flore, notamment en instrumentant la Meuse d'un capteur de turbidité placé à l'aval des travaux pour contrôler le rejet des matières en suspension, et en plaçant des déflecteurs inox dans le chenal d'amenée de l'échelle à poissons, afin de faciliter l'accès aux saumons et aux truites de mer dans le bassin de la Meuse.

Vue aérienne en cours de travaux:

Vue globale du chantier depuis l'échelle à poisson, d'où l'on aperçoit au premier plan les 3 déflecteurs en inox récemment installés dans le chenal de débit, et destinés à «casser» l'effet de bullage dans la passe d'attrait, afin de ne pas faire fuir les saumons et les truites, attirés par le courant.

A l'arrière-plan, la rampe de chargement provisoire aménagée en rive gauche d'où l'on recharge en enrochements le bac fendable avant de disposer les blocs par le fond, suivant un séquençage donné :

Lit de pose en 10/250kg

Carapace arrière en 450/1000kg

Carapace avant en 1000/3000kg

Une fois les travaux de comblement achevés, la rampe de chargement a été complètement démontée et une risberme a été aménagée au ras de l'eau en vue d'une végétalisation du pied de berges en roseaux, sous la coordination de l'ingénieur agronome chargé des études techniques SPW.

Avant de démobiliser notre atelier, la Direction des Voies Hydrauliques de Liège nous a confié des travaux annexes de défense de berges au port d'Engis (photo ci-contre) et au port d'Haccourt.

Malines - Binnendijle

Au Zandpoortvest à Malines, le « Binnendijle » a été inauguré à nouveau après 40 ans de sommeil. Le parking situé entre les deux bâtiments du Thomas More College a cédé la place à un lieu de rencontre vert et ouvert doté de berges en pente douce et d'un appontement.

Afin de réaliser ce travail, une plate-forme de travail a été construite sur la Dyle, pour pouvoir réaliser les ouvrages de soutènements en pieux sécants nécessaires à la reprise de stabilité de la voirie. Après la finition des murs sécants, des murs en béton et des ventrières ont été réalisés. Celles-ci étaient nécessaires, entre autres, pour pouvoir réaliser la rampe d'accès Handicapés jusqu'au parvis situé en contre-bas.

Une fois que tout cela était fini, le passage souterrain a pu être démoli. Le toit du tunnel a d'abord été scalpé, après quoi les murs ont été sciés et enlevés. La partie inférieure du tunnel existant sert toujours de lit à la rivière Dyle.

Après cette phase, la construction pouvait réellement commencer: excavation des digues, pose des égouts, réalisation des fondations et, bien sûr, pose de l'escalier composé de pierres naturelles.

Les parachèvements ont consisté en la pose de 1.800m² de piétonnier en granit chinois.

Monceau-sur-Sambre - Barrage de la Sambre

La Direction des Voies Hydrauliques de Charleroi a confié à Ghent Dredging les travaux de réparation de l'arrière-radier du barrage de Monceau-sur-Sambre.

Les désordres sont multiples:

Rupture de la dalle béton sous l'effet conjugué de l'érosion et de la fuite des matériaux, causant une dépression dans l'arrière-radier de 3m de profondeur, avec plus de 800m³ de matériaux entrainés à l'aval du barrage sur près de 100m

Dégradation des berges aval sur les 2 rives, avec formation de fissures dans le perré à la cote d'étiage, et apparition de vides francs sous les moellons en pierre formant le perré, pouvant provoquer une ruine du môle

Comme l'illustre la vue aérienne, la configuration des lieux rend les travaux de réparation difficiles:

  • Impossibilité de faire accéder des engins de chantier à pied d'œuvre par voie terrestre, l'ilot central étant relié à la berge par une unique passerelle piétonne
  • Faible tirant d'eau dans la déviation aval de la Sambre (1,30m), associé à un faible tirant d'air (franchissement de gaines techniques et de lignes à haute tension)
  • Fortes variations de débit et de hauteur d'eau, liées à l'activité du barrage qui régule la navigation marchande et touristique sur la Sambre

Nos travaux ont consisté en:

  • Dragage du haut fond formé à l'aval par l'accumulation des matériaux de fuite, afin de retrouver une passe navigable
  • Démolition de la dalle béton en périphérie de la dépression formant un porte-à-faux
  • Remblaiement à l'aide d'enrochements 300/1000kg posés sur un lit de 0/180mm, afin de rattraper le niveau théorique de l'arrière-radier
  • Coulage d'un béton colloïdal C25/30 entre les enrochements 300/1000kg pour protéger la nouvelle fondation des risques d'entrainement de fines sous l'effet de chasse provoqué par les manœuvres du barrage
  • Réparation du perré éventré à l'identique, à l'aide des moellons récupérés par le fond et préalablement triés
  • Nettoyage des cavités et remplissage des fissures le long du perré à l'aide de béton projeté.

Pour ce faire, Ghent Dredging a déployé un atelier de dragage adapté aux travaux fluviaux à faible gabarit, associé à une pelle de 20 tonnes équipée de capteurs D-GPS afin d'apporter à l'opérateur toute la précision requise pour visualiser sur ses écrans le rendu in situ du comblement de la dépression.

Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, l'outillage embarqué à bord a été régulièrement inter-changé, à l'image d'un «couteau suisse» afin de transformer successivement notre ponton en:

  • Un atelier de dragage et pose d'enrochements
  • Un atelier de mise en œuvre de béton colloïdal
  • Un atelier de béton projeté

Pour ce faire, Ghent Dredging a déployé un atelier de dragage adapté aux travaux fluviaux à faible gabarit, associé à une pelle de 20 tonnes équipée de capteurs D-GPS afin d'apporter à l'opérateur toute la précision requise pour visualiser sur ses écrans le rendu in situ du comblement de la dépression.

Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, l'outillage embarqué à bord a été régulièrement inter-changé, à l'image d'un «couteau suisse» afin de transformer successivement notre ponton en:

  • Un atelier de dragage et pose d'enrochements
  • Un atelier de mise en œuvre de béton colloïdal
  • Un atelier de béton projeté

Au final:

  • 2.300 tonnes d'enrochements ont été mis en œuvre
  • 400m³ de béton colloïdal ont été coulés
  • 300m linéaire de berges ont été réparées

Pour la plus grande satisfaction du Maître d'Ouvrage, qui souhaitait faire de ce projet un chantier pilote en vue d'étendre ce type de réparations à d'autres voies d'eau.

Mortagne/Trith Saint Léger - Escaut

15km de berges ont été reprofilés par Ghent Dredging le long de l'Escaut à hauteur des communes de Mortagne-du-Nord et Trith Saint-Léger.

46.600m² de géotextile (avec ou sans fascines) et 75.000 tonnes d'enrochements 80/200kg ont ainsi été mis en œuvre, pour 88.000m³ de terrassement, et 125.000m² de berges ensemencées pour parachever l'ouvrage.

Roulers - Réaménagement du petit bassin

Le petit bassin de Roulers a longtemps servi comme bassin de rétention d'eau pour les usines de textiles présentes à l'époque. Après la destruction de ces usines, le site porté à l'abandon, le bassin disparaissait d'année en année derrière un peu plus de verdure.

Le bassin a été réaménagé en espace publique.

Ghent Dredging a d'abord procédé au curage du bassin. Les digues du bassin ont ensuite été complètement reprofilées et équipées de protections respectueuses de l'environnement.

Aux deux extrémités, deux escaliers fontaines ont été aménagés. Les talus ont été plantés et équipés d'un éclairage d'ambiance.

Ghent Dredging a également placé une passerelle piétonne et cycliste pour traverser le milieu du bassin.

Leeuw-Saint-Pierre - Réaménagement du Zuunbeek

L' Agence flamande de l'environnement travaille à un projet de réaménagement intégral le long du Zuunbeek à Leeuw-Saint-Pierre. Ces travaux ont pour but de limiter les inondations à Negenmanneke et de favoriser la récupération écologique et paysagère du Zuunbeek.

Dans le passé, le bassin versant naturel du Zuunbeek contribuait essentiellement à l’alimentation en eau des moulins à eau. Il y a une quarantaine d'années, le cours d'eau a été modifié et approfondi pour permettre un drainage rapide de l'eau. Les zones humides ont été amorties et la surface pavée agrandie, avec la construction de nouvelles routes et de nouvelles maisons. Mais le drainage accéléré et l'augmentation du revêtement imperméable ont eu pour conséquence de provoquer des inondations en aval de Negenmanneke.

Le Zuunbeek et sa vallée sont maintenant mieux équipés. Il y aura plus de place pour la rétention d’eau en créant des méandres au ruisseau ainsi que des plaines inondables. Les méandres garantissent la diversité grâce à la succession de berges abruptes et douces, et à l’alternance de secteurs profonds et peu profonds. De la sorte, on peut jouer naturellement sur la vitesse d’écoulement du cours d’eau, avec des zones à débit élevé et d’autres à débit lent. Cela permet d’augmenter la capacité d'auto-nettoyage du cours d'eau et d’accroitre la biodiversité dans le ruisseau et ses rives.

Les travaux ont été divisés en quatre sous-projets, parmi lesquels Ghent Dredging a réalisé le premier sous-projet, dénommé « Volsembroek ».

Dans ce sous-projet, de nouveaux méandres ont été creusés. Le Zuun redressé est partiellement maîtrisé, mais dans la plupart des endroits, le lit originel est conservé et servira d'urgence lors d'une marée haute. Tout en haut de la zone du projet, aucun nouveau méandre n'a été creusé, mais des "déflecteurs d'écoulement" ont été placés dans l'eau. Ces déflecteurs jouent le rôle d’obstacle, afin de «forcer» le cours d’eau à trouver un itinéraire différent et ainsi laisser la nature se créer de nouveaux tracés sinueux.

Un nouveau barrage a été construit près du bassin d'attente existant de Volsem. Cela peut réguler le niveau d'eau en amont. En outre, une digue a été construite afin que la réserve naturelle située derrière la digue puisse servir comme zone inondable contrôlée lors de fortes pluies. Cette zone inondable a une capacité de 204.000m³.


Vilvorde - Les 3 fontaines

Ghent Dredging a réalisé les travaux de réaménagement des étangs du parc communal de Vilvorde.

Après le déplacement de tous les poissons, les eaux des étangs ont été après contrôle qualitatif, pompées vers la Senne. Les boues ont été excavée, la fontaine démontée (ensuite replacée) et les rives ont été refaites à l'aide de palplanches en azobé.

Ghent Dredging a également créer une île au milieu de l'étang selon les mêmes aménagements que les rives.

Des moines déversoirs, afin de maintenir les niveaux d'eau ont été placés.

Les étangs ont tous fait l'objet des mêmes réaménagement, de l'aval vers l'amont.

Travaux de voiries

Gand - Schipperskaai

Le Nord de Gand subit une véritable métamorphose pour les prochaines années. Entre autres, le vieux quartier des docks, un pivot dans l'histoire industrielle de la ville, qui aura une nouvelle destination grâce à de nouveaux projets d'aménagement.

La première réalisation dans ce quartier a été la reconstruction du quai "Schipperskaai". Il formera avec le pont Batavia la nouvelle connexion au centre-ville, et la vieille centrale à béton ainsi que les grues portuaires joueront le rôle de balises, cœur du nouveau quartier.

Avant les travaux d'aménagement du quai, la pollution historique au créosote a dû être réalisée. La créosote est le nom donné aux différentes huiles extraites de goudrons de bois ou de charbon, qui servaient à traiter les traverses en bois pour les chemins de fer, et qui étaient réalisée à Gand.

Une fois la dépollution de sol achevée, on a pu démarrer les travaux d'assainissement pour assurer l'écoulement des eaux pluviales des futurs bâtiments le long du quai. Une partie des tuyaux existants en béton a dû être rénovée, en insérant un tube lisse PE dans le tuyau en béton.

En ultime phase, nous avons rénové les quais. Les accroches sont les anciens rails qui sont réutilisés pour conserver au quai son look industriel. Ceux-ci ont été fixés sur les traverses en béton coulées sur place.

Le chemin est constitué de pavés plats et de béton lavé. Ce quai servira uniquement de piétonnier et de piste cyclable. Des murs de soutènement en béton lisse servent de bancs pour ceux qui se promènent le long du quai et des escaliers en béton donnent accès aux futurs bâtiments.

Cerise sur le gâteau, 2 grues portuaires supplémentaires ont été posées, en plus de la grue portuaire déjà sur place, afin de renforcer son caractère.

Ostende - Avenue de la Minque

Ghent Dredging a effectué la reconstruction totale de l'Avenue de la Minque à Ostende. Les travaux comprenaient également l'établissement d'un réseau d'assainissement de 2 à 4m de profondeur pour des diamètres de 400 à 800mm. 30.000m² d'enrobé a ainsi été placé. Le projet comprenait également la construction de 2 rond-points et d'une piste cyclable.

Ghent Dredging s'occupait de tous les travaux, des évacuations des eaux jusqu'à la finition des routes et parkings.

Un collecteur séparateur d'hydrocarbures de 30.000 litres a également été installé par nos soins.

Plassendale - Parc Industriel

Ghent Dredging a participé à la construction du parc industriel 1 de Plassendale. Le projet s'est déroulé sur 6 ans et est un exemple type de l'association de toutes les disciplines que nous maîtrisons.

Concernant l'infrastructure routière, nous avons construit la désserte routière locale du parc industriel et les routes et rond-points du "Greenbridge", le parc scientifique de l'Université de Gand.

En ce qui concerne les terrassements, nous avons réalisé les fondations des hangars, et des fondations du chemin de fer d'Ostende vers Plassendale ainsi que des déblais nécessaires à la création d'une darse. La darse a été excavée de manière sèche pour les 2/3, le reste a été dragué en eau à l'aide de notre cutter. L'ensemble des travaux à engendré le déplacement de quelques 300.000m³ de terre.

Enfin, Ghent Dredging à réalisé un mur de quai de 400m linéaire (terrassement, ancrage du mur de quai, fourniture et installation de pieux d'ammarage, et remblais derrière le nouveau quai)

Espierres - Escaut

Ghent Dredging a réalisé une piste cyclable entre l'Escaut et le canal de l'Espierres. Ce projet a permis la connection des chemins de halage le long de l'Escaut et du canal de L'Espierres en direction de Helchin et Warcoing.

La piste cyclable longue de 5km (+ 800m de piste à rénover) a été réalisée à des capacités portantes différentes en fonction de l'utilisation future des ses utilisateurs.

Ghent Dredging a finalement mis en place un nouveau ponton d'accostage pour la navigation de plaisance.

Le canal de l'Espierre relie, via le Canal de Roubaix et la Marque Urbaine (France) l'Escaut à la Deûle pour la navigation de plaisance (gabarit petit Freyssinet).  Plus d'informations concernant ces travaux dans la partie dragage des réferences (Canal de Roubaix et Canal de l'Espierre)

Zwevegem - De Blokken

Le site "De Blokken" est une ancienne usine de la société Bekaert, racheté et réaménagé en parc d'affaires par l'intercommunale Leiedal, qui a confié à Ghent Dredging les travaux d'aménagement. Les 2 anciens halls de production ont été en grande partie démolis, seule une partie du hangar situé le long de l'ancienne voie ferrée a été conservé en vue de la transformer en zone commerciale. De nouvelles voiries intérieures desservant les parcelles ont été construites, ainsi que des bassins tampons pour eaux pluviales. Les berges du ruisseau Keibeek qui longe le site ont été revalorisées en espace vert, avec des pistes cyclables et piétonnes.

Géotechnique

Ghent Dredging réalise régulièrement des campagnes de sondage géotechniques en association avec des laboratoires spécialisés. Ghent Dredging a ainsi réalisé des forages sur la Meuse pour AIDE en association avec Geolab. Dans la darse de Strasbourg, dans le port d'Anvers, Ghent Dredging a réalisé des sondages en association avec le département géotechnique de "Maritieme Toegang" pour la BAM (Beheersmaatschappij Antwerpen Mobiel).

Dans le terrain de dépôt Callemansputte, une campagne d'échantillonage a été enfin réalisée en association et pour le département géotechnique du  département "Maritieme Toegang". Nous avons aussi effectué des sondages sur l'Escaut qui présente un marnage de quelques mètres.

Bottelare - Scholen OVAM

Gent - Bodemsanering Wasserij

Lokeren - Oude gasfabriek OVAM


Lokeren - Bodemsanering OVAM

Mechelen - Injecties OVAM

Zomergem - Scholen OVAM

Steenweg 250 9810 Eke
info@ghentdredging.be
T +32 9 222 61 57

BTW BE 0415.953.915
Vidéo d'entreprise
Privacy
conditions générales
Sitemap

test

{{ newsletter_message }}

x

{{ popup_title }}

{{ popup_close_text }}

x